LE FRELON ASIATIQUE : MIEUX LE CONNAÎTRE POUR LIMITER SA PROLIFÉRATION

nom scientifique : Vespa velutina nigrithorax Signalée en France depuis 2003, et originaire du Sud-est asiatique, la sous-espèce est aujourd'hui bien acclimatée et prolifère dans notre territoire. Son nom commun est "frelon asiatique" ou "frelon à pattes jaunes
frelon-asiatique

Pourquoi éradiquer le frelon à pattes jaunes ?

Il exerce une prédation importante d’insectes. Il s’attaque aux abeilles et aux autres pollinisateurs jusqu’aux premiers froids. Il constitue un risque pour l’activité apicole, les productions végétales (arboriculteurs, viticulteurs,…) et pour la biodiversité. Malgré un comportement pacifique, il peut présenter un danger pour les personnes passant à proximité des nids. Il est attiré par les aliments protéinés (viande, poisson, …). La lutte contre le Vespa Velutina passe principalement par la destruction des nids, depuis le printemps jusqu’aux premiers froids.
Cette intervention ne peut être réalisée que par des personnes spécialisées.

Reconnaître le frelon asiatique

D’aspect sombre, son anneau abdominal postérieur est jaune orangé.
Ses pattes et sa face sont également jaune orangé.
Sa taille est supérieure à celle de la guêpe, et inférieure à celle du frelon européen.

frelon-asiat

Connaître le cycle du frelon et de son nid

cycles-frelons

Reconnaître les nids en vue de leur destruction

Les nids ont une apparence de papier mâché.

Les nids primaires

Ils se rencontrent dès les premières douceurs printanières dans des endroits protégés : cabanons, soupentes, débords de toit, à l’abri de roches.
De la taille d’un petit ballon, avec son entrée au-dessous, il renferme une reine fondatrice et une dizaine d’individus.
La destruction des nids primaires est généralement la plus aisée.

Les nids secondaires

secondaire

De taille importante (ils peuvent atteindre 80 cm) et de forme ovale, leurs ouvertures sont latérales. Ils sont souvent situés dans la cime d’arbres, à grande hauteur.
Certains nids ont été signalés près du sol. Ils renferment plusieurs milliers d’individus.
Chaque nid donnera plusieurs fondatrices. 7 à 10 nids se formeront l’année suivante, ce qui induit un développement exponentiel.
Ces nids sont difficiles à voir car le plus souvent cachés par le feuillage. En fin d’automne les nids visibles sont inactifs et ne seront pas réutilsés l’année suivante.

Participer à la lutte : comment procéder ?

  • 1. Je repère un nid actif de frelons asiatiques

  • 2. Je signale la localisation du nid par téléphone au membre du

    GDSA de mon secteur géographique (voir liste page suivante)

  • 3. Une visite du GDSA confirme l’identification du nid et une

    préconisation d’intervention est établie auprès d’un

    désinsectiseur professionnel

Le piégeage du frelon

Le piègeage de printemps a pour but d’éliminer les fondatrices (de février à mai). Le piègeage d’été réduit la pression sur les ruchers.
Les pièges peuvent être très simplement réalisés avec des bouteilles en plastique, découpées et assemblées (voir photo >).
L’appât est constitué par exemple d’un mélange liquide de bière 1/2, vin blanc 1/2 et 1 trait de sirop de fruit rouge. Des cadavres de frelons
seront laissés dans le piège pour attirer les autres individus.
A partir de l’été, un appât protéiné (crevettes, sardines, viande crue).

Membres du Groupement de Défense Sanitaire Apicole (GDSA) 66 à contacter

Pollestres – Canohès – Ponteilla – Trouillas – Villemolaque – Bages – Villeneuve de la Raho :
Raphël NELAIN 06 66 22 70 24 – raphael.nelain@orange.fr